skip to Main Content

COMPRENDRE

Si le traitement médical ne suffit pas, une prise en charge chirurgicale peut être proposée.
L’intervention consiste à supprimer le contact entre le tendon et l’os, pour éviter le frottement (le conflit). L’intervention peut se faire aujourd’hui sous arthroscopie c’est-à-dire sans une grande incision.

Tendons, conflit rétro calcanéen ou maladie de Haglund : traitement médical

Il s’agit d’introduire une caméra minuscule (l’arthroscope) qui permet un geste chirurgical précis par un trou réduit. Cette méthode permet au praticien, à son niveau, de diminuer les incisions faites au corps et par là-même de réduire au maximum les possibles complications.

Dans le cas de troubles architecturaux, d’autres gestes chirurgicaux devront être associés.

L’évolution reste longue, sur plusieurs mois voire un an.

L’OPERATION

Anesthésie

Une consultation préopératoire avec un médecin anesthésiste-réanimateur est obligatoire. Ce médecin vous expliquera, lors de cette consultation, les modalités et les choix possibles d’anesthésie adaptée à la chirurgie et à vos problèmes de santé. Il fera également le point sur vos traitements médicamenteux. De nouveaux traitements pourront être mis en place, que cela soit avant ou après l’intervention. Les plus fréquemment utilisés sont des anticoagulants, des antibiotiques, des antalgiques, des anti-inflammatoires… Ils comportent bien sûr des risques spécifiques. L’anesthésie opératoire est le plus souvent loco-régionale (anesthésie englobant un segment de membre, de la jambe aux orteils) car c’est l’anesthésie la moins dangereuse et elle permet dans un grand nombre de cas d’avoir une action antidouleur extrêmement intéressante qui va permettre de diminuer la prise de médicament. Une transfusion sanguine est exceptionnelle dans ce type de chirurgie où le saignement est très limité.

Echographie pour suivi post-opératoire

Réalisation de l’anesthésie au bloc opératoire. Les anesthésistes de la Clinique du Sport de Bordeaux-Mérignac sont des experts reconnus dans l’anesthésie loco-régionale et dans la prise en charge post-opératoire de la douleur. Ils utilisent l’échographie qui sécurise grandement le geste. Certains membres de l’équipe sont également formés aux techniques d’hypnose.

Installation

Au bloc opératoire, vous serez installé le plus souvent à plat dos. Les incisions sont généralement minimes. Le recours à un garrot est habituel, pour interrompre temporairement l’arrivée de sang au niveau de la zone opératoire. Celui-ci peut être mis en place au niveau de la cuisse ou de la jambe. Les techniques chirurgicales sont nombreuses. Elles sont le plus souvent réalisées sous endoscopie (c’est à dire l’introduction d’une caméra dans votre corps). On diminue ainsi, de façon très importante, le risque de complication. Quand cela n’est absolument pas possible, on réalise l’intervention à ciel ouvert (c’est-à-dire sous le contrôle de la vue). Lors de votre passage au bloc opératoire, ne vous étonnez pas si l’on vous demande plusieurs fois votre identité, le côté à opérer (à votre arrivée, lors de votre installation…) : c’est une procédure obligatoire pour tous les patients.

L’opération

Le but d’une opération est de supprimer le contact entre le tendon et l’os.
Il s’agit d’introduire une caméra minuscule (l’arthroscope) qui permet un geste chirurgical précis par un trou réduit. Cette méthode permet au praticien, à son niveau, de diminuer les incisions faites au corps et par là-même de réduire au maximum les possibles complications

Tendons, conflit rétro calcanéen ou maladie de Haglund : opération

Les gestes associés
En cas de troubles architecturaux du pied, la calcanéoplastie n’est qu’une étape de la correction.

La fermeture
Les incisions sont très petites et sont fermées à l’aide de fil. La plaie se referme spontanément et elle est étanche au bout de 48 heures.

La durée de l’intervention
L’intervention dure environ 30 mn. Sauf cas exceptionnel, la chirurgie se déroule en ambulatoire. Vous pouvez donc regagner votre domicile le soir même.

Transfusion ?
Aucune transfusion n’est nécessaire par la suite lorsque la calcanéoplastie est un geste isolé.

DANS LES JOURS QUI SUIVENT

Douleur
Les douleurs post-opératoires dans ce type d’intervention sont en général très bien contrôlées par les traitements médicamenteux. L’anesthésie «loco-régionale» est révolutionnaire dans le traitement de la douleur. Et pour finir un traitement a été prescrit à la sortie de la clinique par les anesthésistes. En cas de problème, le secrétariat vous aiguillera vers le spécialiste concerné.

Fonction
L’oedème est habituel après ce type d’intervention et va durer plusieurs semaines. Le repos et la surélévation du pied sont importants pour lutter contre l’oedème.
Des bas/chaussettes de contention peuvent être aussi utiles.

Autonomie
Le plus souvent l’appui est possible avec l’aide de béquilles.

Retour à domicile
Lorsque cette intervention est isolée, elle est pratiquée en ambulatoire. Vous rentrerez à domicile le même jour que la chirurgie.

Principaux soins
Les pansements sont à maintenir au moins 48 heures et jusqu’à ce que la plaie soit sèche.
Ensuite vous pouvez laisser à l’air et vous pouvez masser la cicatrice à l’aide d’une crème hydratante ou à l’acide hyaluronique à partir de la 3ème semaine.

Le suivi
Il faut revenir au Centre SOS Pied Cheville au moins une fois après l’intervention, 6 semaines après. Si besoin, le suivi sera prolongé.

LE RESULTAT

Douleur
Les douleurs liées à la chirurgie disparaissent rapidement. Par contre, les phénomènes douloureux en rapport avec l’inflammation sont plus longues à disparaître (environ 6 mois).

Autonomie
L’arrêt de travail est entre 3 et 6 semaines et dépend de votre activité professionnelle: station debout prolongée, marches, port de charges lourdes…
La reprise des activités sportives est liée à la disparition de l’inflammation vers 6 mois et nécessitent le plus souvent d’être adaptées afin d’éviter les activités initialement favorisantes.

LES RISQUES

Notre équipe s’efforce d’entourer le geste de toutes les précautions possibles. Malheureusement des accidents peuvent survenir.

Rassurez-vous, notre équipe de professionnels est en mesure de vous prendre en charge.

Pour en savoir plus:
Les complications

Rassurez-vous, votre médecin connaît bien ces complications et met tout en œuvre pour les éviter. En cas de problème, ou si vous constatez quelque chose d’anormal après l’opération, n’hésitez pas à en parler à votre chirurgien. Il est en mesure de vous aider au mieux puisqu’il connaît précisément votre cas.

QUESTIONS FREQUENTES

Quel est le type d’anesthésie ?
Dans la grande majorité des cas, il s’agit d’une anesthésie locorégionale qui n’endort que le membre inférieur opéré. Néanmoins, dans certains cas (certains types d’intervention, malade anxieux, …) il est nécessaire de réaliser une rachianesthésie (anesthésie du bas du corps) voire une anesthésie générale.
Que faire en cas de température ou d’anomalie sur ma cicatrice?
En cas de douleur anormale, d’un écoulement ou de toute autre anomalie, il faut prendre contact avec SOS PIED CHEVILLE

Comment vais-je faire à domicile ?
Même si l’appui n’est pas autorisé sur le pied opéré ou partiellement pendant plusieurs semaines, il est possible de se déplacer en utilisant des béquilles ou un déambulateur.

Quand puis-je voyager ?
Avant 3 semaines, les vols moyen et long-courriers sont déconseillés pour le risque de phlébite et d’embolie pulmonaire. Les voyages touristiques avec marches sont possibles après 6 mois.

Serai-je remboursé de mes transports ?
Le remboursement pour les visites et l’hospitalisation est variable en fonction de votre centre de sécurité sociale qu’il vous faudra contacter.

Restez acteur de votre récupération post-opératoire

Ensemble avec nos patients

Back To Top ut dolor massa et, at felis in risus. Sed