skip to Main Content

DANS LES JOURS QUI SUIVENT 

Douleur 

Les douleurs post-opératoires dans ce type d’intervention sont en général très bien contrôlées par les traitements médicamenteux. L’anesthésie «loco-régionale» est révolutionnaire dans le traitement de la douleur. Et pour finir un traitement a été prescrit à la sortie de la clinique par les anesthésistes. En cas de problème, le secrétariat vous aiguillera vers le spécialiste concerné. 

Fonction 

L’oedème est habituel après ce type d’intervention et va durer plusieurs semaines. Le repos et la surélévation du pied sont importants pour lutter contre l’oedème. 

Des bas/chaussettes de contention peuvent être aussi utiles. 

Autonomie 

Le plus souvent l’appui est possible avec l’aide de béquilles. 

Retour à domicile 

Lorsque cette intervention est isolée, elle est pratiquée en ambulatoire. Vous rentrerez à domicile le même jour que la chirurgie. 

Principaux soins 

Les pansements sont à maintenir au moins 48heures et jusqu’à ce que la plaie soit sèche 

Ensuite vous pouvez laisser à l’aire et vous pouvez masser la cicatrice à l’aide d’une crème hydratante ou à l’acide hyaluronique à partir de la 3ème semaine . 

Le suivi 

Il faut revenir au moins une fois après l’intervention, 6 semaines après. Si besoin, le suivi sera prolongé.

LE RESULTAT

Douleur 

Les douleurs liées à la chirurgie disparaissent rapidement. Par contre, les phénomènes douloureux en rapport avec l’inflammation sont plus longues à disparaître (environ 6 mois). 

Autonomie 

L’arrêt de travail est entre 6 et 12 semaines et dépend de votre activité professionnelle: station debout prolongée, marches, port de charges lourdes… 

La reprise des activités sportives est liée à la disparition de l’inflammation vers 6 mois et nécessitent le plus souvent d’être adaptées afin d’éviter les activités initialement favorisantes.  

Les risques 

Un acte chirurgical n’est JAMAIS un acte anodin. Quelles que soient les précautions prises, le « risque ro » n’existe pas. Lorsque vous décidez de vous faire opérer, vous devez en avoir conscience et mettre en balance les risques avec le bénéfice attendu d’une intervention (= balance bénéfice/risque). Nous sommes là pour vous aider et vous guider. Malgré les compétences de votre chirurgien et de l’équipe qui vous prend en charge, tout traitement comporte malheureusement une part d’échec. Cet échec peut aller de la réapparition de symptômes à leurs aggravations ou à d’autres complications plus graves que l’on retrouve dans toute chirurgie. Ces complications  (lien) peuvent être le fait du hasard, de la malchance mais peuvent aussi être favorisés par des problèmes de santé qui vous sont propres (connus ou non, locaux, généraux). C’est en grande partie pour cette raison que nous essayons dés que possible de réaliser votre chirurgie par voie endoscopique  afin de diminuer les incisions faites au corps et par là-même de réduire au maximum les possibles complications. 

Notre équipe s’efforce d’entourer le geste de toutes les précautions possibles. Malheureusement des accidents peuvent survenir. Rassurez-vous, notre équipe de professionnel est en mesure de vous prendre en charge. Nous listons ici uniquement les accidents spécifiques de cette chirurgie, en excluant donc volontairement les complications générales de l’anesthésie et les complications  (lien)  générales de la chirurgie. 

Complications

Tabac  

Un certain nombre de complications est très significativement augmenté par une INTOXICATION TABAGIQUE (trouble de cicatrisation, infection, problème de consolidation osseuse). L’arrêt du tabac est donc RECOMMANDÉ au moins 3 mois AVANT tout geste chirurgical programmé. 

La récidive

Parfois, malgré la chirurgie, l’inflammation ne guérit pas, entraînant la persistance de douleurs et la réapparition de la calcification. La cicatrisation peut même se faire selon une cicatrisation proliférante. Il peut alors être nécessaire de ré-intervenir chirurgicalement. 

Les douleurs chroniques, le syndrome douloureux gional complexe (algodystrophie)  

Toute prise en charge médicale ou chirurgicale dans le cadre de phénomènes douloureux, peut de manière aléatoire et imprévisible voir persister les phénomènes douloureux ou même en renforcer d’autres. Ces phénomènes douloureux chroniques peuvent s’installer dans le temps sous la forme de douleur complexe et régionale, pouvant évoluer de nombreux mois, laissant parfois persister des séquelles trophiques ou articulaires.  

 Rassurez-vous, votre médecin connaît bien ces complications et met tout en œuvre pour les éviter. En cas de problème, ou si vous constatez quelque chose d’anormal après l’opération, n’hésitez pas à en parler à votre chirurgien. Il est en mesure de vous aider au mieux puisqu’il connaît précisément votre cas. 

QUESTIONS FREQUENTES

Quel est le type d’anesthésie ? 

Dans la grande majorité des cas, il s’agit d’une anesthésie loco-régionale qui n’endort que le membre inférieur opéré. Néanmoins, dans certains cas (certains types d’intervention, malade anxieux, …) il est nécessaire de réaliser une rachianesthésie (anesthésie du bas du corps) voire une anesthésie générale. 

Que faire en cas de température ou d’anomalie sur ma cicatrice? 

En cas de douleur anormale, d’un écoulement ou de toute autre anomalie, il faut prendre contact avec SOS PIED CHEVILLE 

Comment vais-je faire à domicile ? 

Même si l’appui n’est pas autorisé sur le pied opéré ou partiellement pendant plusieurs semaines, il est possible de se déplacer en utilisant des béquilles ou un déambulateur.  

Quand pourrai-je voyager ? 

Avant 3 semaines, les vols moyen et long-courriers sont déconseillés pour le risque de phlébite et d’embolie pulmonaire. Les voyages touristiques avec marches sont possibles après 6 mois. 

Serai-je remboursé de mes transports ? 

Le remboursement pour les visites et l’hospitalisation est variable en fonction de votre centre de sécurité sociale qu’il vous faudra contacter. 

 

Back To Top libero quis Aenean sed id suscipit commodo ultricies et, ipsum ante.