skip to Main Content

LES RISQUES

L’équipe médicale qui s’occupe de vous prend toutes les précautions possibles pour limiter les risques, mais des problèmes peuvent toujours arriver. Nous ne listons ici que les plus fréquents ou les plus graves parmi ceux qui sont spécifiques de cette intervention. En fonction de votre état de santé, vous êtes plus ou moins exposé(e) à l’un ou l’autre de ces risques.

Pendant l’intervention
Des difficultés peuvent se poser chez les personnes possédant des os particulièrement fragiles qui risquent de se casser. Exceptionnellement, des muscles, des tendons, des ligaments, des nerfs ou des vaisseaux sanguins peuvent être abîmés accidentellement, avec pour conséquence possible la formation d’une poche de sang (hématome) ou une perte de sensibilité de certains endroits du pied.

La Société Française d’Anesthésie-Réanimation (SFAR) a reconnu la chirurgie mini-invasive de l’avant-pied comme ne présentant pas de risque de phlébite et d’embolie, sauf cas particulier. En effet, lorsque la circulation sanguine est mauvaise, le fait de ne pas bouger après l’opération favorise la formation de caillots. Si le médecin juge ce risque important, il vous donne un traitement pour l’éviter.

Rarement, les os ne se soudent pas correctement (pseudarthrose).

Si vous avez les os fragiles (ostéoporose), les vis utilisées risquent de mal tenir, rendant la consolidation plus difficile.

A cause des coupes réalisées sur les os (ostéotomies) et de l’immobilisation partielle qui suit l’intervention, vos os sont moins solides et risquent de se casser plus facilement (fracture). Le risque est plus important si vous avez de l’ostéoporose, néanmoins il est très rare que cela arrive.

Certaines de ces complications peuvent nécessiter des gestes chirurgicaux complémentaires ou une nouvelle opération. Rassurez-vous, votre médecin les connaît bien et met tout en œuvre pour les éviter.

Après l’intervention
Dans 5 à 10% des cas, des douleurs persistent après l’opération. Le chirurgien détermine alors avec vous si une autre intervention est nécessaire. Parfois il n’y a pas d’autre solution que de vivre avec les douleurs restantes.

Si vous fumez, l’équipe médicale vous demande d’arrêter avant l’opération car il y a un risque de mauvaise cicatrisation liée aux substances nocives contenues dans la cigarette.

L’invasion de la zone opérée par des microbes (infection) est extrêmement rare. Elle peut être très longue à traiter, entraîner une raideur de l’articulation, ou atteindre l’os et revenir régulièrement (infection chronique). C’est la raison pour laquelle si vous avez une infection à un autre endroit du corps, le médecin peut juger nécessaire de remettre l’opération à plus tard.

Il ne faut pas prendre certains médicaments qui favorisent les infections (votre médecin peut vous indiquer lesquels, n’interrompez aucun traitement sans avis médical). Certaines maladies, comme le diabète, rendent les patients plus sensibles à ce type de problème.

Chez les personnes sensibles à la formation de bouchons de sang (caillots), ces bouchons peuvent se former et se coincer dans les veines de la jambe (phlébite) ou des poumons (embolie).

Restez acteur de votre récupération post chirurgicale :

Ensemble pour nos patients

Texte produit en collaboration avec les patients et les soignants.
Votre avis nous intéresse pour l’amender et enrichir toute information qui pourraient manquer à votre parfaite compréhension.
Merci de nous adresser vos suggestions et remarques.

Back To Top libero ut non Aliquam Nullam risus Sed amet, facilisis