skip to Main Content

LES DIFFERENTS TRAITEMENTS

LES TRAITEMENTS MEDICAUX

Prévenir : soigner les entorses

  • L’entorse aiguë (en savoir plus: Entorse de cheville) c’est-à-dire celle qui vient juste d’avoir lieu.
  • L’ entorse sans rupture de ligament guérira toujours quel que soit le traitement.

Les entorse qu’il faut traiter sont les entorses graves .

Une entorse grave c’est lorsqu’il y a une rupture d’un ou plusieurs ligaments. Elle nécessite repos, glaçage, immobilisation dans une attelle Air-cast pour une durée de 6 semaines, médicaments antalgiques et anti-inflammatoires et par la suite de la rééducation par un kinésithérapeute.

Le but de ce traitement est de faire cicatriser de façon naturelle tout ce qui est cassé.

Que faire en cas d’entorse de cheville ?

LA REEDUCATION ET AUTRES MESURES

Avant d’envisager une intervention chirurgical on essaye toujours de stabiliser la cheville avec le traitement médical, tout particulièrement avec la rééducation qui doit toujours avoir été essayé avant. Il faut essayer une rééducation, mettre des semelles si besoin, soigner un facteur favorisant..

LEUR LIMITE

Il est important de ne pas sous estimer l’échec du traitement médical et d’admettre qu’il existe une instabilité chronique de cheville. . Contrairement au genou, l’instabilité de cheville est encore trop souvent négligé dans les milieux du sport. Il n’est pas rare aujourd’hui encore de découvrir des instabilité de cheville plusieurs années après leur début des. Encore beaucoup trop de sportifs (même professionnel), vivent encore dans un dénis alimenté en partie par le milieu, les clubs et les habitudes. La conséquence de la non prise en charge de l’instabilité de cheville est dominée par le risque de voir la cheville se dégrader et même de se détruire complètement. Certaines études américaines ont montré que une prothèse de chevile sur 5 avait pour origine une entorse de cheville.
Mais même avant, plus on opère tard, plus on de chance de garder des séquelles, même après une intervention bien faite.

QUAND FAUT-IL OPÉRER ?

Il faut opérer si l’instabilité persiste malgré un traitement médical bien suivi. On n’opère jamais un malade qui a une lésion duligament , On opère un malade qui a une lésion du ligament et une instabilité de cheville qui résiste au traitement médical.

QUELS EXAMENS COMPLEMENTAIRES FAUT-IL FAIRE?

Les examens complémentaires ne s’envisagent uniquement que pour bilan et une confirmation d’une indication chirurgicale.

  • Radiographie de face et de profil en charge du pied
    On peut effectuer en plus des clichés spécifiques dont le but est essentiellement de mettre en évidence une arthrose débutante (AMI view (lien vers examen complémentaires conflit antérieur)).
  • Un arthroscanner
    Il est effectué essentiellement pour faire un bilan du cartilage mais il est également possible grâce à l’arthroscanner de montrer l’existence de lésions ligamentaires.
  • Une échographie
    Cela va permettre de faire l’étude de la qualité des ligaments et en particulier de déterminer s’il y une rupture ou non . Un médecin bien entrainé peut faire un bilan précis des atteintes des ligament en faisant une échographie. C’est pour cette raison qu’il est important de faire l’échographie dans un centre hyper spécialisé. L’échographie est plus fiable qu’une IRM c’est pour cela qu’on ne prescrira pas d’irm lorsqu’on effectue un bilan de l’instabilité de la cheville.

Toute l’équipe de SOS PIED CHEVILLE est à votre disposition pour organiser tous ces examens le jour où vous vous rendez en consultation.

LE TRAITEMENT CHIRURGICAL

Le Dr Guillo a pu mettre au profit de la cheville tout ce qu’il avait appris à l’épaule et a décrit des nouveaux moyens de réparer ces ligaments sans ouvrir à l’aide d’une petite caméra appelée arthroscope qui rentre dans le corps. Il enseigne aujourd’hui des techniques afin qu’elles profitent au plus grand nombre de ses confrères. Ces techniques sont adoptées par de plus en plus de ses confrères.

QUE PEUT-ON FAIRE?

Le but de l’intervention est de remettre un ligament en fonction. Parfois il est possible de réparer le ligament, c’est ce que l’on appelle une ligamentoplastie de réparation. Parfois, le ligament est totalement détruit, dégénéré ou inexistant. Dans ces conditions, on est obligé de le remplacer . C’est la ligamentoplastie de reconstruction décrite par le Dr Guillo.

POURQUOI L’ARTHROSCOPIE ?

L’arthroscopie permet de diminuer théoriquement les complications (ce qui est prouvé aussi au niveau de l’épaule et du genou). À chaque fois que nous mettons un arthroscope dans une articulation, nous rencontrons moins de complications. Si ça n’est pas encore prouvé au niveau de la cheville.
Nous savons cependant que la chirurgie de la cheville à ciel ouvert est trois fois plus dangereuse que la chirurgie del’épaule ou du genou.
Nous avons donc trois fois plus de risques de complications lorsque nous opérons une cheville que lorsque nous opérons une épaule ou un genou.
Il est donc fort probable que pour la cheville plus qu’ailleurs, nous ayons besoin de recourir à l’arthroscopie.
Par ailleurs, il est possible que lors de la réalisation de la ligamentoplastie de reconstruction, le placement de la greffe soit meilleur, car plus proche de l’anatomie.

Back To Top nunc Aliquam risus mi, id, quis velit,