skip to Main Content

LES SUITES DE LA CHIRURGIE

Traitement de la douleur 
Nous savons que certains gestes sont plus douloureux que d’autres, et en particulier dans l’arthrodèse de cheville avec greffe osseuse.
Néanmoins, les traitements modernes permettent d’atténuer nettement la douleur.
Et l’anesthésie « loco-régionale » est révolutionnaire dans le traitement de la douleur.
Et pour finir un traitement a été prescrit à la sortie de la clinique par les anesthésistes.
En cas de problème, le secrétariat vous aiguillera vers le spécialiste concerné.

Autonomie 
Après l’opération, la cheville sera immobilisée à l’aide d’une attelle plâtrée ou d’une attelle amovible. Cette immobilisation permet de bloquer la cheville dans une position correcte L’appui n’est pas autorisé pendant 45 jours. Puis, la cheville sera immobilisée avec une botte de marche en appui pendant 45 jours environ.
L’immobilisation est à conserver entre 90 et 120 jours.
L’appui ne sera pas autorisé pour une durée de 45 jours.
Vous pourrez conduire une voiture entre 3 mois et demi et 4 mois et demi après l’intervention. Pour faire du sport, il faut attendre minimum 6 mois.

Principaux soins 
Il est essentiel de prendre les médicaments qui ont été prescrit contre la douleur.
En l’absence d’appui sur la cheville opérée, il existe un risque de caillot dans les veines (phlébite), il faudra adapter le traitement pour fluidifier le sang (anticoagulant).
Afin de lutter contre l’œdème (gonflement de la cheville et du pied) qui est souvent présent après cette chirurgie, il est conseillé de mettre la jambe le plus souvent possible en hauteur (au-dessus du plan du cœur). De glacer la cheville 20 min matin et soir. De prendre de la vitamine C durant les 3 semaines qui suivent l’intervention.
Les séances de kiné avec remise en charge et reprise de la marche seront débutée, en moyenne, entre 90 et 120 jours après la chirurgie. Nous vous conseillons quelques exercices en attendant de pouvoir débuter votre kiné.
Le matériel chirurgical peut être retiré à partir de 12 mois en cas de gêne ou de conflit local.

Le suivi
Il faut revenir au cabinet du Dr Guillo au moins quatre fois après l’intervention :
•Au 15 ème jour, pour refaire le pansement au cabinet par une infirmière. Cette consultation est gratuite;
•   A 45 jours, pour revoir le Dr Guillo avec des radios de contrôle faites auparavant, soit à côté de chez vous, soit au centre;
•   A 3 mois, avec des radios de contrôle faites auparavant, soit à côté de chez vous, soit au centre.
•   A 6 mois, avec des radios de contrôle faites auparavant, soit à côté de chez vous, soit au centre.
•   Si nécessaire, le suivi peut être prolongé.

LES RESULTATS

La douleur :
Il arrive parfois que les douleurs augmentent au début lors de la remise à la marche. La douleur et l’oedème disparaissent ensuite quand les os se consolident. Cela arrive entre 3 et 6 mois. Une contention veineuse type chaussette de contention, ou bas de contention peut être utile.

L’autonomie :
Votre cheville doit être soulagée au début et c’est pourquoi un arrêt de travail entre 3 et 6 mois (en fonction du type de travail) est à prévoir.
Le vélo et la natation peuvent être recommencé à partir du 4ème mois.
Vous pouvez conduire une voiture à partir du 120ème jour environ. Les sports nécessitant un contact sol pied (tennis, ski, golf, randonnée…) seront possible à partir du sixième mois.
Après une arthrodèse de cheville, la cheville ne bouge plus mais les mouvements de flexion/extension sont possibles grâce au médio-pied ce qui permet dans la majorité des cas de marcher sans boîterie, de conduire une voiture sans gêne et de reprendre une activité sportive modérée.

LES RISQUES

Notre équipe s’efforce d’entourer le geste de toutes les précautions possibles. Malheureusement des accidents peuvent survenir. Rassurez-vous, notre équipe de professionnel est en mesure de vous prendre en charge. Nous listons ici uniquement les accidents spécifiques de la chirurgie de l’arthrodèse de cheville, en excluant donc volontairement les complications générales de l’anesthésie et les complications générales de la chirurgie.

Pendant l’intervention 
Il est possible mais très rare que pendant l’opération soit coupé de façon accidentelle un nerf, une artère, un tendon ou tout autre structure anatomique. Les conséquences peuvent être la perte de sensibilité, la formation d’une poche de sang (hématome) ou la perte de la commande d’un mouvement (paralysie)
Des difficultés peuvent se poser chez les personnes possédant des os particulièrement fragiles qui risquent de se casser, ou si le matériel que le chirurgien veut mettre en place ne s’accorde pas bien à vous.
Il peut arriver que des microbes se multiplient et prolifèrent dans la plaie. Cela s’appelle une infection. Généralement le germe en cause est un microbe de la peau. S’il existe par exemple des difficultés de cicatrisation, la peau souffre, dans ce cas il y a un plus grand risque d’infection. De même s’il y a une infection sur une autre partie du corps, le médecin peut refuser de vous opérer.

Dans les suites de l’intervention 
Un certain nombre de complications est très significativement augmenté par une INTOXICATION TABAGIQUE (trouble de cicatrisation, infection, problème de consolidation osseuse). L’arrêt du tabac est donc RECOMMANDÉ au moins 3 mois avant tout geste chirurgical programmé. L’infection peut parfois survenir, le risque étant plus important si la plaie met du temps à cicatriser (tabac, diabète, .). Elle peut être très longue à traiter et peut laisser des séquelles (raideur du pied, destruction articulaire, douleur chronique, absence de consolidation des os…). L’infection peut atteindre l’os et devenir chronique. Pour cette raison si vous avez une infection d’une autre partie du corps, le chirurgien peut refuser de vous soigner.
Du fait de l’interdiction d’appui sur la cheville opérée, il existe un risque de phlébites (caillot de sang bouchant une veine de la jambe) : leur prévention par une piqûre quotidienne d’héparine est nécessaire. La phlébite peut se compliquer d’une embolie pulmonaire quand le caillot arrive dans les poumons.
L’hématome : peut s’accompagner de douleurs lancinantes et est un facteur favorisant les infections. On le prévient en suivant les consignes post-opératoires de prudence et d’absence d’appui sur la cheville opérée. Une fois avéré, il nécessite un glaçage régulier jusqu’à sa disparition en trois semaines environ. Dans de rares cas, une évacuation chirurgicale de l’hématome sera nécessaire.
Les troubles de la cicatrisation: les incisions cutanées cicatrisent entre 2 et 3 semaines. La présence d’une contusion cutanée préopératoire, d’une pathologie générale comme le diabète, de troubles de la circulation sanguine peuvent entraîner des troubles de la cicatrisation comme un retard, une cicatrice peu jolie, une nécrose cutanée…
Les douleurs chroniques, le syndrome douloureux régional complexe (algodystrophie)
Toute prise en charge médicale ou chirurgicale dans le cadre de phénomènes douloureux, peut de manière aléatoire et imprévisible voir persister les phénomènes douloureux ou même en renforcer d’autres. Ces phénomènes douloureux chroniques peuvent s’installer dans le temps sous la forme de douleur complexe et régionale, pouvant évoluer de nombreux mois, laissant parfois persister des séquelles trophiques ou articulaires.
Les complications neurologiques : l’anesthésie (perte de sensibilité) sur une cicatrice est banale ; le nerf peut être abîmé, étiré au cours de l’intervention entraînant une diminution de la sensibilité (hypoesthésie), ou plus rarement des fourmis (paresthésies). Ces signes peuvent être régressifs voire définitifs dans de rares cas.
Les complications osseuses : La consolidation est habituellement acquise entre 3 et 6 mois. Dans de rares cas, on observe une absence de consolidation osseuse (pseudarthrose) voire un déplacement des fragments et une consolidation en mauvaise position (cal vicieux). Dans ces deux cas, une intervention chirurgicale avec mise en place d’une greffe d’os prise en regard de la crête iliaque (bassin) peut être nécessaire.
L’arthrose secondaire des autres articulations du pied peut se développer après plusieurs années et entraîner douleurs chroniques et raideurs. Elle est la conséquence d’une augmentation des contraintes sur les autres articulations du pied après une arthrodèse de cheville.
Le démontage et bris du matériel: Lors de la chirurgie, du matériel chirurgical (vis, plaque, clou…) est mis en place. Rarement, on peut observer un phénomène de cassure sur contraintes excessives ou fragilité du matériel. Cela peut nécessiter une nouvelle intervention pour retirer/repositionner le matériel en cas de déplacement de l’arthrodèse ou complication.
Même en l’absence de complications, le matériel peut être retiré à partir de 12 mois en cas de gêne ou de conflit local.
Rassurez-vous, votre médecin connaît bien ces complications et met tout en œuvre pour les éviter. En cas de problème, ou si vous constatez quelque chose d’anormal après l’opération, n’hésitez pas à en parler à votre chirurgien. Il est en mesure de vous aider au mieux puisqu’il connaît précisément votre cas.

LES QUESTIONS FRÉQUENTES

Est-ce douloureux ?
Grâce à la prise en charge anesthésique et chirurgicale moderne, cette chirurgie réputée douloureuse ne l’est en principe plus.
Quel est le type d’anesthésie ?
L’anesthésie loco-régionale, la rachianesthésie et l’anesthésie loco-régionale sont possibles. Lors de votre consultation pré-opératoire, l’anesthésiste vous informera sur les différentes techniques et sur celle la plus adaptée à votre cas.
Y-a-t-il des soins infirmiers ?
En règle générale, le premier pansement est refait par nos soins au cabinet le 15e jour. Ensuite, la cheville est à nouveau immobilisé par une botte résine ou amovible sans appui pendant 30 jours puis avec appui à l’aide d’une botte de marche pendant 45 jours.
Des injections d’héparine contre le risque de phlébite seront à faire réaliser quotidiennement par une infirmière lors de la reprise de l’appui sous couvert de la botte de marche vers 45 jours.
La douche sans protection de la cheville est possible après l’ablation de l’immobilisation.
En cas de douleur anormale, d’un écoulement ou de toute autre anomalie, il faut prendre contact avec Alexia pour revenir consulter, ne pas prendre d’antibiotiques (y compris en application locale).
Peut-on opérer les 2 chevilles à la fois ?
Il n’est pas recommandé d’opérer les deux chevilles en cas de chirurgie de l’arthrose.
Comment vais-je faire à domicile?
Bien que l’appui ne soit pas autorisé sur la cheville opérée pendant plusieurs semaines, il est possible de se déplacer en utilisant des béquilles ou un déambulateur.
Quand pourrais-je reconduire ?
Vers le 4ème mois.
Combien de temps suis-je arrêté ?
L’arrêt de travail est compris entre 3 et 6 mois et dépend des contraintes de votre travail comme effectuer de longs trajets à pied ou si votre activité nécessite une station debout prolongée.
Quand pourrais-je reprendre une activité sportive ?
La natation est autorisée au 120e jour. Le vélo peut être débuté au 120ème jour, les courtes marches après 4 mois. Les activités sportives modérées type randonnée, ski, golf, tennis… peuvent être débutés après le 6ème mois, à condition que les douleurs soient absentes.
Quand puis-je voyager ?
Avant 8 à 12 semaines les vols moyen et long-courriers sont déconseillés pour le risque de phlébite et d’embolie pulmonaire. Le matériel métallique que vous portez ne fait pas sonner les portiques de sécurité. Les voyages touristiques avec marches sont possibles après 6 mois.
Serai-je remboursé de mes transports ?
Le remboursement pour les visites et l’hospitalisation est variable en fonction de votre centre de sécurité sociale qu’il vous faudra contacter.
Le matériel implanté doit-il être retiré ?
Il n’est pas obligatoire de retirer le matériel. Néanmoins en cas de gêne ou de conflit local, l’ablation peut être envisagée à partir de 12 mois.

Back To Top risus nunc Aliquam ultricies luctus sed Lorem venenatis adipiscing vel,