skip to Main Content

COMPRENDRE

La chirurgie a pour but de traiter la lésion soit par des gestes de microfracturing (microperforations), de refixation du cartilage ou de mosaicplastie (greffe ostéocartilagineuse) et de traiter les lésions associées comme, par exemple, une laxité ligamentaire.

Leur limite:

Dans certains cas, il n’est malheureusement pas possible de traiter la lésion:
En cas de présence d’arthrose de la cheville
Si la lésion touche le cartilage du talus et également le cartilage du tibia
Si la taille de la lésion est trop importante.

Les risques si l’on n’opère pas

Dans le cadre d’une lésion symptomatique non opérée, celle-ci peut continuer à s’aggraver et peut entraîner une arthrose de la cheville.
De même, plus on attend et plus la prise en charge devient difficile voire impossible.

L’INTERVENTION CHIRURGICALE

Anesthésie
Une consultation préopératoire avec un médecin anesthésiste-réanimateur est obligatoire. Ce médecin vous expliquera, lors de cette consultation, les modalités et les choix possibles d’anesthésie adaptée à la chirurgie et à vos problèmes de santé.
Lors de cette consultation, il sera également fait le point sur vos traitements médicamenteux. De nouveaux traitements pourront également être mis en place, que cela soit avant ou après l’intervention. Les plus fréquemment utilisés sont des anticoagulants, des antibiotiques, des antalgiques, des anti-inflammatoires… Ils comportent bien sûr des risques spécifiques.

L’anesthésie opératoire est le plus souvent locorégionale (anesthésie englobant un segment de membre, de la jambe aux orteils) et peut être associée à une anesthésie générale.
L’anesthésie loco-régionale permet dans un grand nombre de cas d’avoir une action antidouleur extrêmement intéressante qui va permettre de diminuer la prise de médicament.

L’installation 
Au bloc opératoire, vous serez installé à plat dos ou sur le côté opposé à celui de l’opération ou à plat ventre, selon l’intervention réalisée. Le recours à un garrot est habituel, pour interrompre temporairement l’arrivée de sang au niveau de la zone opératoire. Celui-ci sera mis en place au niveau de la cuisse. Les techniques chirurgicales sont nombreuses. Elles sont dès que possible réalisées en mini-invasif ou sous endoscopie. On diminue ainsi de façon très importante, le risque de complication. Quand cela n’est absolument pas possible, on réalise alors l’intervention à ciel ouvert (c’est à dire sous le contrôle de la vue). Lors de votre passage au bloc opératoire, ne vous étonnez pas si l’on vous demande plusieurs fois votre identité, le côté à opérer (à votre arrivée, lors de votre installation…) : c’est une procédure obligatoire pour tous les patients.

L’ouverture
Les incisions dépendent des gestes réalisés et des difficultés rencontrées le jour de l’intervention:
Microfracturing: le geste est réalisé sous arthroscopie, les incisions sont alors centimétriques autour de la cheville.
Relèvement du cartilage et greffe: le geste est généralement percutané, les incisions sont alors centimétriques autour de la cheville.
Mosaïcplastie: une incision de quelques centimètres est réalisée sur le genou afin de prélever la greffe d’os et de cartilage et une deuxième incision de quelques centimètres est réalisée sur la cheville.

Les gestes
Les trois principaux gestes sont dépendants de la taille de la lésion et de sa localisation.

Si la lésion est toute petite, un microfracturing sous arthroscopie peut être réalisée. Cette intervention consiste à enlever les tissus fibreux et le cartilage abîmé puis à percer l’os présent sous la couche de cartilage afin de provoquer un saignement et un comblement par du tissu cicatriciel. Le cartilage ne peut malheureusement pas s’autorégénérer.

Cartilage : microfracturing sous arthroscopie

Si la lésion est plus volumineuse et que le cartilage n’est pas fissuré, un relèvement du cartilage et greffe peut être envisagé. Cela consiste à apporter de l’os vivant sous le cartilage afin d’éviter son effondrement.

Traitement chirurgical du cartilage : relèvement et greffe

Si la lésion est plus importante et que la couche cartilagineuse est rompue, une mosaicplastie peut être envisagée. Cela consiste à réaliser une greffe d’os et de cartilage en provenance du genou. Il est très souvent nécessaire de réaliser une ostéotomie de la malléole médiale ou latérale afin d’accéder à la lésion. L’os est découpé à l’aide d’une scie fine puis repositionner à l’aide de vis voire d’une plaque.

Mosaicplastie cheville

Les gestes associés
Il est parfois nécessaire de réaliser des gestes complémentaires dans le même temps opératoire ou à distance comme une ligamentoplastie en cas d’Instabilité de la cheville associée.

La fermeture
Les incisions peuvent être fermées par agrafes ou fils résorbables. Le pansement n’a pas besoin d’être refait jusqu’à la prochaine consultation de contrôle à 10/15 jours si utilisation de fils résorbables.

La durée de l’intervention
La durée de l’intervention chirurgicale varie entre 30 min et 2h. Elle dépend du type d’intervention et des gestes associés. L’hospitalisation varie entre 1 et quelques jours et dépendra des gestes chirurgicaux réalisés.

Transfusion 
Une transfusion sanguine est exceptionnelle dans ce type de chirurgie où le saignement est très limité.

LES SUITES DE LA CHIRURGIE

Douleur 
Du fait des gestes osseux et des multiples incisions, ce type de chirurgie peut être douloureux. Néanmoins, l’association des traitements médicamenteux et de l’anesthésie loco-régionale permet de les contrôler.
Le geste de mosaicplastie nécessite une hospitalisation. La sortie est habituellement possible le lendemain de l’intervention.
Et pour finir un traitement a été prescrit à la sortie de la clinique par les anesthésistes. En cas de problème, le secrétariat vous aiguillera vers le spécialiste concerné.

Fonction 
L’oedème est habituel après ce type d’intervention et va durer au moins 6 mois. Le repos et la surélévation du pied sont importants pour lutter contre l’oedème les 6 premières semaines.
Des bas/chaussettes de contention peuvent être aussi utiles après la reprise de l’appui.
Généralement, la cheville est immobilisée avec une botte sans appui pendant 6 semaines.

Autonomie 
Habituellement, après une chirurgie des lésion sostéochondrales du talus, l’appui n’est pas autorisé pendant 6 semaines.
Il est possible de se déplacer à l’aide de béquilles ou d’un déambulateur.
La consolidation des gestes osseux est obtenue entre 3 et 6 mois.
La conduite d’un véhicule est possible à partir de 6-8 semaines.

Retour à domicile
Le retour à domicile est possible le jour même ou le lendemain de l’intervention habituellement. Vous devrez utiliser des béquilles ou un déambulateur pour vous déplacer sans appui sur la cheville opérée.
L’arrêt de travail est entre 6 et 12 semaines et dépend de votre activité professionnelle: station debout prolongée, marches, port de charges lourdes…

Principaux soins
En cas d’absence d’appui sur la cheville opérée ou de risque thromboembolique (formation de caillot sanguin dans les veines de la jambe et risque de migration vers les poumons), des injections d’héparine vous seront prescrites quotidiennement pendant 6 semaines. Elles sont à faire réaliser par une infirmière à domicile.
Il n’y a pas de nécessité à refaire le pansement en cas de fils résorbables. Le pansement doit rester en place jusqu’à votre prochaine consultation de suivi à 10-15 jours. En cas d’agrafes, les pansements sont à refaire par 48h et les agrafes peuvent généralement être retirées vers le 7ème jour post-opératoire.
Après 2 semaines, il est généralement possible de se doucher, de laisser la plaie à l’air et arrêter tout antiseptique afin de respecter la flore de votre peau. Lavez normalement au savon y compris la plaie.
Une fois la cicatrisation acquise, vous pouvez masser les cicatrices à l’aide d’une crème hydratante ou à l’acide hyaluronique.

LES RESULTATS

La douleur :
Il arrive parfois que les douleurs augmentent au début lors de la remise à la marche. La douleur et l’oedème disparaissent ensuite quand les os se consolident. Cela arrive entre 3 et 6 mois. Une contention veineuse type chaussette de contention, ou bas de contention peut être utile.

L’autonomie :
Votre cheville doit être soulagée au début et c’est pourquoi un arrêt de travail entre 3 et 6 mois (en fonction du type de travail) est à prévoir.
Le vélo et la natation peuvent être recommencé à partir du 4ème mois.
Les sports type course à pied, randonnée peuvent être repris vers 6ème mois selon la consolidation.

LES RISQUES

Un acte chirurgical n’est JAMAIS un acte anodin. Quelles que soient les précautions prises, le « risque zéro » n’existe pas. Lorsque vous décidez de vous faire opérer, vous devez en avoir conscience et mettre en balance les risques avec le bénéfice attendu d’une intervention (= balance bénéfice/risque). Nous sommes là pour vous aider et vous guider. Malgré les compétences de votre chirurgien et de l’équipe qui vous prend en charge, tout traitement comporte malheureusement une part d’échec. Cet échec peut aller de la réapparition de symptômes à leurs aggravations ou à d’autres complications plus graves que l’on retrouve dans toute chirurgie. Ces complications peuvent être le fait du hasard, de la malchance mais peuvent aussi être favorisés par des problèmes de santé qui vous sont propres (connus ou non, locaux, généraux). C’est en grande partie pour cette raison que nous essayons dés que possible de réaliser votre chirurgie par voie mini-invasive afin de diminuer les incisions faites au corps et par là-même de réduire au maximum les possibles complications.
Notre équipe s’efforce d’entourer le geste de toutes les précautions possibles. Malheureusement des accidents peuvent survenir. Rassurez-vous, notre équipe de professionnel est en mesure de vous prendre en charge. Nous listons ici uniquement les accidents spécifiques de la chirurgie de la cheville, en excluant donc volontairement les complications générales de l’anesthésie et les complications générales de la chirurgie.

En savoir plus

Texte produit en collaboration avec les patients et les soignantsafin de coller aux plus près de vos attentes et vous apporter les réponses les plus claires, dans un souci d’interactivité et de réactualisation régulière.

Votre avis nous intéresse pour l’amender et enrichir toutes informations qui pourraient manquer à votre parfaite compréhension  

Merci d’adresser vos suggestions et remarques 

Back To Top ut felis Aenean non dictum ipsum